Corrigés Exercices Merise : MCC - MCT - MOT

- Consulter la page des exercices.
- Correction.

   


1 - Corrigé MCC
       
Le domaine principal est "moraliser" et le partenaire le pécheur. La pénitence est la sanction. Un message supplémentaire est l'absolution.
 
  
Il n'existe pas de chronologie des messages dans Merise. Néanmoins, dans ce cas, un certain ordre, autre que moral, existe : règle de morale, péché avoué, pénitence à effectuer, pénitence effectuée, absolution. Il est préférable de prévenir de la pénitence encourue dans la règle plutôt qu'annoncer seulement "C'est très grave !" et de ne créer la pénitence qu'une fois  le péché accompli. Les flux des facilités à pardonner (les indulgences) ne sont pas décrits. 

2 - Informations des messages

Les informations des messages sont :

Absolution : date de l'absolution.
Péché avoué : date du péché, nom du péché, règle enfreinte.
Pénitence : nom du péché, règle enfreinte, pénitence à effectuer, nombre de pénitences à effectuer, date de début, date de fin.
Pénitence effectuée : date de la pénitence, nombre de pénitences effectuées.
Règle de morale  : code de la règle, libellé de  la règle, péché commis, gravité péché.

Il est important de mettre la règle enfreinte dans la pénitence à effectuer, sinon le pécheur péchera sans cesse et sera un éternel pénitent. Par contre, l'absolution est absolue et non restreinte à un péché. 
  
3 - Corrigé MCT
 
Trois opérations conceptuelles sont définies :
  
Fixer les règles et les diffuser ou prêcher.

Prendre en compte le péché ou moraliser et indiquer la pénitence à effectuer. Le même nom est pris pour l'opération et le domaine. C'est possible mais à éviter. 

Prendre en compte la pénitence et donner l'absolution ou absoudre. 
 
  
4- 1er cas : Grand Khan 

Organigramme : le Grand Khan fixe les règle et les pénitences, les lieutenants répercutent et jouent le rôle de petits chefs et les prêcheurs locaux contactent les pécheurs. 
  
  
Procédure de sanction :
  
 
Ne pas oublier que le prêcheur moralise ! 
  
4- 2e cas : GOUROU II en difficulté
 
Organigramme : tout le monde est au même niveau. Beaucoup de monde, peu de réunions, mais cela ne saurait tarder ! 
 
  
Procédure de sanction : les lieutenants régionaux ne fixent aucune règle ainsi que Gourou II et son gendre. 
   
 
4- 3e cas : Gourou II vainqueur
 
Organigramme : le même que dans les deux premiers cas. Un peu d'ordre ! 
 
  
Procédure de sanction : seuls les lieutenants régionaux fixent des règles. Gourou II se la coule douce, voyage, porte la bonne nouvelle et s'affaire. 
 
 
4- 4e cas : Gourou III 
    
Organigramme : le même que précédemment, sauf que le Gourou est différent. 

Celui-ci travaille d'arrache-pied, fixe les types de sanction et construit les procédures. Il a peut-être suivi des cours de Merise et fait appel à des sociétés de conseil et d'organisation. 
   
  
Procédure de sanction : Gourou III fixe les types de sanctions pour déterminer qui doit décider de la pénitence. Cette procédure est la meilleure : chacun connaît son rôle et ses limites. Les procédures de contrôle restent à décider afin que chacun reste dans ses limites. Si la faute est grave ou capitale, le prêcheur local en réfère au lieutenant régional. Si la faute est capitale, le lieutenant régional en réfère à Gourou III qui seul peut décider des mises à mort pour non-respect ou atteinte aux lois de l'Eglise. 
   
 
5- Informatique Gourou II et IV

Premier cas, décentralisation complète : tous les prêcheurs locaux sont informatisés pour donner des pénitences (in)cohérentes. 

Coût de l'informatisation des 300 postes de travail en micro-ordinateurs : 
 


 
Deuxième cas, centralisation complète, saisie des données en temps réel pour assouvir la soif de savoir de Gourou IV. 
  


 
Dans le premier cas, nous supposons que  les prêcheurs se débrouillent avec un traitement de texte et un programme écrit avec un logiciel de base de données estimé à 200 KF. Dans le deuxième cas, nous ne  prenons pas le cas de développement spécifique ou de progiciel ecclésiastique bien connu, ou de logiciel américain acheté, réécrit partiellement et introduit d'un seul coup de big bang dans toute l'Animie ! Les coûts sont alors peu précis (entre 500 KF et plusieurs millions de francs). 
 
Sans tenir compte de ces facteurs importants, les coûts d'investissements gros système sont le double de la micro-informatique et 10 fois plus chers en coûts de fonctionnement !
  

Article plus récent Article plus ancien

Leave a Reply